.: LES PRO-ANA :.

(( Les citations qui ont été mises dans cette partie sont les propos de Flavie. Flavie est une Pro-Ana que nous avons questionné et qui a bien voulu répondre à nos questions pour nous aider à justifier nos propos. ))

 

Qui sont-elles?
Comment définir ce mouvement si inquiétant?

 

Le mouvement ‘Pro-Ana’ qui signifie ‘Pro-Anorexie’ est l’un des sujets les plus débattus actuellement. On en parle à tord et à travers, et les médias qui s’en chargent, déforment parfois la réelle signification et le réel but de ce mouvement en faisant un amalgame entre les anorexiques et les Pro-Ana. En effet, contrairement à l’anorexie, le mouvement Pro-Ana est un phénomène très récent qui est apparu dans les années 2000 aux Etats-Unis. Les membres de ce mouvement considèrent que l’anorexie, la maladie et les restrictions alimentaires qui s’en suivent, sont un réel mode de vie, un idéal. Pourtant malgré des comportements qui à premier abord semblent similaires, les anorexiques et les Pro-Ana sont différentes. Ces dernières sont surtout connues pour leur blogs choquants, avec leurs propos et leurs conseils qu’elles échangent entre elles pour perdre un maximum de poids. Sur leurs blogs on peut alors lire une série de méthodes qui nous semblent démesurées, choquantes, mais pourtant si recherchées : prendre des douches froides pour brûler les calories, des laxatifs naturels, des aliments à bannir de l’alimentation, des exercices physiques pour muscler tout le corps et brûler les graisses…
Il y a même la liste des 10 commandements à respecter pour avoir un comportement parfait. (Pour les lire, cliquez ici.)

Les propriétaires des sites Pro-Ana conseillent les autres jeunes filles qui cherchent à perdre du poids à tout prix, qui ont décidé de rejeter la nourriture et un corps sain pour atteindre leur objectif , leur idéal : un corps où les os apparaissent. Pour se motiver, ces jeunes filles ont même érigées la liste des avantages que l'on peut tirer en devenant Pro-Ana. (Pour les lire, cliquez ici. )

Cette utilisation des sites, et donc de ‘La toile’ est justifiée comme le cite Flavie : « Internet…? C’est simple. Quel est le lieu aujourd’hui où les jeunes passent la plupart de leur temps? Où les gens se rencontrent, échangent le plus aujourd’hui ? Internet. On a ici une magnifique opportunité de nous faire entendre, de diffuser nos idées. On peut parler librement derrière notre écran sans représailles, on se sent à l’abri. Mais pourtant on acquiert une véritable confiance en nous et en ce que nous représentons. Internet c‘est tout çà, c‘est surtout un moyen de s’imposer pour se sentir moins seules face à nos défis quotidiens. »

Et en effet, ces sites pullulent, on assiste à un véritable phénomène social. Une sorte de groupe social s’est formé. A elles seules, ces jeunes filles semblent si attachées à leur principes, à leur objectif.

Mais comment expliquer se sentiment d’appartenance à un même groupe, cet aide qu’elles se portent entre elles? Comment expliquer une telle solidarité? « On ne voit pas ces filles qui nous parlent, nous donnent des conseils, ou bien même qui nous questionnent sur les méthodes qu’on à pu poster sur son propre site Pro-Ana. On a aucun contact physique avec elles, elles ne peuvent nous faire aucun mal. Ce virtuel nous rassure, on n’a pas peur d’elles. Aucune obligation, aucune justification à donner : on pose les questions sans gène et on aide sans craindre les reproches puisque ces filles se comprennent entre elles. Déjà çà, c’est une première chose. La seconde : C’est rassurant de se dire que d’autres filles sont dans la même galère. Qu’elles désirent elles aussi plus que tout maigrir. Se sentir comprise, aidée çà aide. On a l’impression qu’on peut y arriver plus facilement. On se sent portée. »
Cette volonté d’appartenance, de faire partie du groupe, de la collectivité se retrouve même dans leur objet fétiche qui est le symbole de leur groupe et leur philosophie de vie : Le bracelet rouge. Il peut être fait de perles, ou n’être qu’un simple ruban le but étant qu’il soit rouge et porté à la main droite.

     
[ Le braclet rouge. 'Red Bracelet Project' signifie dans les pays anglophones le projet de devenir Pro-Ana. ]

Mais pourquoi avoir un symbole? Pourquoi cette nécessité de le porter? Quand ces deux questions ont été posées à Flavie, elle nous a répondu : « Ca nous aide à nous sentir plus fortes. Avec ça on se sent appartenir à quelque chose. Avoir une identité. On aime savoir que ce petit bracelet représente nos valeurs, nos buts. On en est fières. C’est aussi un petit rappel à l’ordre quand on est tenté… C’est comme s’il nous rappelait ce que l’on se répète sans cesse : ‘ Eh, oh! Tu es une Pro-ana où une faible? Ne craque pas, sois forte; tu es une Ana! ’ »
Malgré tout ce bracelet n’est pas leur seul soutient, leur seule force imaginaire. Elles ont aussi Ana. Il est assez difficile de définir qui est réellement Ana. Pour certaines c’est comme une Déesse au corps parfait qui les conduirait et les guiderai vers le bon comportement, en quelque sorte la bonne voie pour être parfaite. Celle qui les aiderai à ne pas flancher, à qui on doit le respect et à qui ont peut confier nos doutes et nos peines. Celle sur qui on doit se reposer, chez qui on doit puiser le courage.


                                                     

[ I love ana, ou encore Ana chérie. Sur cette image, Ana est représentée comme une fée qui veille sur une Pro-Ana autour de son ordinateur. ]


Pour Flavie, « Ana c’est comme une copine, une sorte de grande sœur modèle sur qui je peux prendre exemple. Je sais que je peux suivre ‘son’ exemple car ‘elle’ y arrive. Quand je sens que je ne vais pas bien; je pense à elle même si je sais qu’elle n’existe pas. Peu importe; j’ai besoin d’y croire parfois. C’est une conscience, une ombre, un corps astral que je ne vois que quand je le veux mais qui est autour de moi. »
Les jeunes filles disent passer une sorte de pacte avec elle, leur dévouer leur corps pour qu’Ana les aide à atteindre leur modèle de perfection. « Ana c’est mon amie, c’est ma meilleure amie, depuis quelques jours j’ai fait le pacte de lui consacrer tout mon amour […]. Pour elle, je déclare ne plus manger, juste le minimum, ne seront autorisées que les journées à moins de 500 calories… » Cet extrait tiré d’un blog Pro-Ana nous montre ici une autre définition qui relève le même sentiment.

Que recherchent-elles en devenant Pro-Ana?
Quel est leur objectif et leur idéal?
Pourquoi en sont-elles là?

Ces jeunes filles ont un but précis : Perdre du poids pour se sentir mieux. Perdre du poids coûte que coûte pour ressembler à leurs idoles favorites. On parle alors de Nicole Richie, les jumelles Olsen ou encore les mannequins défilant sur les podiums. Point commun à elles toutes? Leur maigreur.
« On cherche à être belle, jolie. On cherche à plaire, à séduire. Être belle, attirante, et pourquoi pas enviée? Enfin… Le monde de la beauté, ces stars, ces mannequins; les super stars au final, elles nous font rêver. Elles sont aimées, on les envie, on les admire. Et elles ne sont pas grosses n’est ce pas? Non, elles sont minces; ou maigres. D’ailleurs le plus souvent elles sont maigres. Nous, les ados, on les envie. Alors vu qu’on peut pas se payer leurs vêtements, leur célébrité, leur vie de luxe : pourquoi pas leur ressembler? Au moins physiquement ? Quand je les regarde je les envie(…) »

                                               

[ Les jumelles,Olsen ou encore les nouveaux modèles très jeunes comme Gemma Ward sont des modèles de perfection à leurs yeux. ]

« (...) Regarde par exemple Nicole Richie : elle est extra! Elle a réussi a maigrir, à atteindre le corps parfait. Elle a son style. Elle s‘impose. Et grâce à l‘aide de qui y est-elle arrivée? Ana. Elle a longtemps porté le bracelet et en était fière! »



[ Évolution de Nicole Richie, son amincissement. ]


[ Nicole Richie montrant fièrement son bracelet rouge porté à la main droite ]

Elles ont un but, et elles doivent s’y tenir. Pour elles, flancher c’est trahir. Flancher c’est être inférieures, c’est ne pas être à la hauteur de tout ça.
Elles tentent alors de se motiver. Toutes les méthodes sont bonnes. Défis qu’elles lancent sur leur blog, ou alors retoucher des photographies de stars, des clichés de mode pour y arriver.


Après/Avant la retouche. Ici, on voit le corps d'Anouck Lepère, un modèle modifié pour qu'apparaissent les Os. ]
Site avec de nombreuses retouches : Cliquez ici pour y accéder.

Rendre des mannequins encore plus maigres qu’elles ne le sont déjà, pourquoi ? Pourquoi amincir ces femmes encore plus? Cette maigreur est-elle leur idéal?
« On veut être maigres. La maigreur absolue, excessive, ça n’existe pas chez nous. On associe çà à la beauté, et l’aspect maladif, on le voit pas. Non.. On les trouve beaux ces corps retouchés. On admire les modèles originaux pour leur maigreur, alors évidement les modèles amincis, c’est encore mieux. Ca nous motive. On se dit… Allez encore, ne craque pas; tu te sentirais tellement mieux si tu étais comme çà. Oublie que ça te demande des efforts… oublie que ça entraîne des moments de doutes et de sacrifices ». Cette réponse nous montre encore une fois que le but premier est de maigrir; pour se sentir mieux. 

Leur représentation de la beauté est totalement différente de la notre, dans leurs mœurs la beauté est indissociable de la maigreur. Sur les corps, la vue des os les fascine, elle les rassure. «  Je commence à aimer mes os. Les voir. Ceux qui sont bien apparents dans le bas du ventre, ou alors deux de ma colonne vertébrale. J’aime les sentir sous ma main sans les chercher sous un paquet de chair ou de graisse. J’aime sentir mes os du dos me faire mal parfois lorsque je suis assise sur une chaise. Ca me prouve un tas de choses. Que j’y arrive. Que j’ai assez de volonté, que je suis à la hauteur de mes projets, des projets de Ana. Que j'ai réussi ce que j’ai entrepris. Mais c’est aussi une chose de plus qui me dis que ce n’est pas fini. Qu’il me reste du chemin. Plus ils se voient, plus je les sens.. Plus je veux les voir et les sentir. Ca paraît atroce c’est vrai, mais c’est comme çà. »


[ 'Think THIN'.  La minceur, est leur mode de vie, leur philosophie. Comme le dit cette image, " For perfection, Think thin! " ( pour être parfaite, pensez maigre. ) ]

 

Anorexiques & Pro-Ana.
Quelles sont les différences entre ces deux types de comportements?
N’y a t’il pourtant pas de points communs?

Chez les Pro-ana on retrouve cette volonté de perdre du poids, cet objectif. On admire la maigreur et on fait tout pour l’obtenir. Ce n’est pas du tout le cas chez les anorexiques. Elles, souffrent d’une maladie. Leur maigreur est le fruit de leur dégoût pour la nourriture, de ce mal être. Les anorexiques ne cherchent pas forcement a être maigres. Leurs comportement est du à un profond mal être qui les pousse à vouloir contrôler leur vie, comme pour les rassurer d' avoir une emprise sur celle-ci. Elles choisissent alors leur corps. Quand nous demandons à Flavie comment elle se place par rapport aux anorexiques, elle estime qu‘elle se sens proche d'elles. « Je cherche comme elles a maîtriser mon mal être; à avoir de l’emprise sur mon corps et c’est peut être là notre seul point commun. Moi je recherche la maigreur et je la veux.  Elles, elles n’y sont pour rien et c’est un peu pour ça que parfois je ressens de la compassion pour elles. Elles n’ont rien demandé, alors que nous les Pro-Ana, si. Et même si moi et les autres Pro-Ana envions leur corps, et calquons un peu leur dégoût de la nourriture, nous ne sommes pas comme elles. De plus, nous on s’entre aide. Elles, elles sont seules face à leur démons et leurs problèmes. Elles sont renfermées, non ? » Oui, en effet. Là est l’autre différence entre elles. Le côté maladie, trouble du comportement des anorexiques les pousse à se replier sur elles, à refuser l’aide des autres, puisque pour elles, leur comportement leur semble normal. Elle nient leur problème et ne se considèrent  pas comme malades. Elles refoulent l’aide extérieure et les conseils. Les Pro-Ana elles, comme il l’a été expliqué un peu avant dans cette partie, apportent de l’aide aux autres jeunes filles qui recherchent la même chose.


 
[ Personnifier la nourriture comme un ennemi, la montrer comme une chose nocive pour s'en éloigner et ne pas ceder : voilà comment les Pro-Ana tentent de se retirer des tentations. ]

   

[ Point commun entre les Pro-Ana & les Anorexiques : leur volonté de réussir à contrôler leur vie et leur corps. Se rassurer en se disant qu'on à le pouvoir de refuser de céder. ]
(The power to Refuse)

Pour terminer, il est intéressant de constater une dernière chose : Les Pro-ana sont toutes des jeunes filles, les photos retouchées où les modèles à atteindre sont des femmes. L’anorexie, par contre, touche aussi des jeunes hommes. L’anorexie est alors un phénomène médical qui se détache des préoccupations de la beauté. C’est un réel trouble, une maladie. La Pro-Anorexique elle, cherche à atteindre un modèle de beauté quelque peu déformé, mais la notion d’esthétique et de rapport au corps est là.


Qui a influencé ces jeunes filles à adopter les comportement d’un malade pour se sentir belle?
Comment en sommes nous arrivés là?

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site